Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méthylfolate (vitamine B9 méthylée), cancer et hormonothérapie.

 

L-méthylfolate (forme de vitamine B9 méthylée) et cancer de la vésicule biliaire - une étude clinique de phase IV des données de la FDA[1]

Nous étudions 1 836 personnes qui prennent du L-méthylfolate ou qui ont un cancer de la vésicule biliaire. Aucun rapport de cancer de la vésicule biliaire (cancer rare que l'on pense être lié à l'accumulation de calculs biliaires, ce qui peut également entraîner la calcification de la vésicule biliaire) n'a été trouvé chez les personnes qui prennent du L-méthylfolate.

L'étude clinique de phase IV analyse quelles personnes prennent du L-méthylfolate et ont un cancer de la vésicule biliaire.

Note : Pour les personnes pour lesquelles la prise de L-méthylfolate est indiquée, le L-méthylfolate semble constituer un traitement préventif et curatif du cancer de la vésicule biliaire. 

Méthylfolate et hormonothérapie contre le cancer - une étude clinique de phase IV sur les données de la FDA[2]

Nous étudions 1 020 personnes qui prennent du méthylfolate ou suivent une hormonothérapie anticancéreuse. Aucun rapport d'hormonothérapie anticancéreuse n'a été trouvé chez les personnes qui prennent du méthylfolate.

L'étude clinique de phase IV analyse quelles personnes prennent du méthylfolate et suivent une hormonothérapie anticancéreuse.

Note : Pour les personnes pour lesquelles la prise de méthylfolate est indiquée, le méthylfolate semble remplacer, de manière générale, la prise d’hormones, même dans le traitement d'un cancer.

L’hormonothérapie peut être indiquée comme traitement de substitution de la testostérone pour les hommes ayant un faible niveau de celle-ci à cause de maladies ou du vieillissement.

Contraception : les types de pilules, combinées et progestatives

La majorité des pilules contraceptives sont dites « combinées » (ou « œstroprogestatives »), c'est-à-dire qu'elles contiennent deux hormones :

  • un œstrogène (l'éthinyl-œstradiol) ;
  • un progestatif.

D'autres sont composées uniquement d'un progestatif : ce sont les pilules progestatives. Elles sont destinées par exemple aux femmes chez qui la prise d'œstrogènes est contre-indiquée.

Comment fonctionne une pilule combinée ?

Le mode d'action des pilules combinées est multiple :

  • Blocage de l'ovulation : les pilules combinées visent à diminuer la concentration dans le sang des deux hormones responsables de l'ovulation et produites au niveau de l'hypophyse : l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et l'hormone lutéinisante (LH) ;
  • Barrer la route aux spermatozoïdes : le progestatif va épaissir la glaire cervicale au point de la rendre impénétrable aux spermatozoïdes ;
  • Rendre la nidation impossible : la pilule combinée agit aussi sur la muqueuse utérine, empêchant l'implantation éventuelle d'un embryon.

Pilule progestative : quels effets ?

Les pilules progestatives contiennent un progestatif en très faibles quantités. Leur principal effet va donc être de bloquer le passage des spermatozoïdes. En revanche, comme le souligne le ministère de la Santé sur son site choisirsacontraception.fr, ces pilules « ne bloquent pas systématiquement l'ovulation ».[3]

La prise de pilule contraceptive est une forme d’hormonothérapie, d’effet antagoniste à celui des hormones naturellement présentes chez la femme, qui pourrait être incompatible avec la prise de méthylfolate. Il pourrait en être de même avec l’hormonothérapie utilisée dans le cas de la transidentité.

Autres indications de l’hormonothérapie :                      

  • Traitement hormonal substitutif de la ménopause
  • Traitement du syndrome de Klinefelter
  • Traitement du syndrome de Turner
  • Traitement avec des hormones de croissance pour pallier leur carence chez certaines personnes
  • Traitement avec des hormones thyroïdiennes contre l'hypothyroïdie
  • Traitement de substitution de la calcitonine à la suite d'une parathyroïdectomie[4].[5]

Ces études sont créées par eHealthMe sur la base des rapports de la FDA et est régulièrement mis à jour.

Grâce aux mégadonnées médicales et aux algorithmes d'IA, eHealthMe permet à chacun de mener un essai clinique de phase IV pour détecter les effets indésirables des médicaments et surveiller l'efficacité. Nos études originales ont été référencées sur The Lancet, Mayo Clinic Proceedings et Nature.

 

[2] https://www.ehealthme.com/ds/methylfolate/cancer-hormonal-therapy/

[4] Les parathyroïdes sont 4 glandes endocrines situées dans le cou autour de la glande thyroïde. Les parathyroïdes sont chargées de régler le métabolisme du calcium. Une seule glande saine suffit à assurer une fonction normale. Une hyperfonction provoque une déminéralisation osseuse (similaire à l’ostéoporose) et des manifestations diverses (calculs dans les reins, état dépressif). On reconnaît actuellement que l’hyperparathyroïdisme primaire est une maladie relativement fréquente, surtout à l’âge avancé.

Il existe plusieurs formes de la maladie, que l’on distingue selon deux critères :

L’origine de l’hyperparathyroïdisme

  • Primaire : sans maladie ayant provoqué le problème.
  • Secondaire : consécutive à une autre maladie (principalement l’insuffisance rénale).
  • Tertiaire : consécutive à la persistance d’un hyperparathyroïdisme secondaire.

https://www.chuv.ch/fr/chirurgie-viscerale/chv-home/en-bref/staff/nos-teams/endocrine-melanome-sarcome-et-transplantation/parathyroidectomie/

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Hormonoth%C3%A9rapie