Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si l’alimentation actuelle était un facteur majeur de la pandémie de Covid-19, notamment chez les enfants et des adolescents ?

 

Selon l’épidémiologiste Scholz : « Les garderies et les écoles sont un facteur majeur de la pandémie - les données à ce sujet sont accablantes »[1]

Que dit la science ? Nous avons parlé à un chercheur : le professeur Dr. Markus Scholz de l’Institut d’informatique médicale, de statistique et d’épidémiologie de l’Université de Leipzig. Et il est très préoccupé par les évolutions dans les garderies et les écoles.

« Au cours de la deuxième vague, nous avons assisté à un préjudice massif dans le groupe des enfants et des adolescents et y avons atteint des incidences très élevées. »

News4teachers : Vous observez l’évolution des événements corona en Saxe - et jetez également un œil à ce qui se passe dans les garderies et les écoles. Ce que vous découvrez en Saxe est-il transférable à d’autres États fédéraux?

Scholz : Nous examinons spécifiquement les évolutions en Saxe, mais bien sûr, parce que nous faisons une modélisation épidémiologique globale, nous examinons la situation globale des données, non seulement en Allemagne, mais aussi dans le monde entier. La Saxe n’est qu’un aspect de notre travail. Ce projet saxon est spécifiquement destiné à conseiller le gouvernement du Land. Mais bien sûr, nous regardons la situation dans son ensemble.

News4teachers : Sur quelle base – avec les données officielles des autorités sanitaires ou collectez-vous vous-même des données ?

Scholz : Nous examinons d’abord la littérature internationale, nous examinons les études qui en sortent et discutons des états des situations. C'est un groupe plus large de scientifiques qui s’en occupe afin que nous puissions combiner différents points de vue et arriver à une évaluation valide de ce que nous savons sur la maladie - et comment les différents rapports doivent être évalués. Ensuite, nous examinons la situation des données, comment se déroule l’évolution dans chaque pays, c’est-à-dire comment le nombre d’infections et de décès y évolue, en tenant également compte des mesures qui y ont été prises, qui dans le passé étaient principalement des mesures de confinement, c’est-à-dire interventions non pharmaceutiques, comme on les appelle.

News4teachers : Désormais, certains professionnels de la santé, comme l’Office d’Investigation du Land de Rhénanie-Palatinat, estiment dans une étude récemment publiée (News4teachers l’a rapportée en détail[2]) qu’il n’y a pas beaucoup d'infections dans les garderies et les écoles. Vous arrivez à une estimation différente ...

Scholz : Il y a trois aspects différents. Cette étude, à laquelle vous faites référence, est basée sur les données des autorités sanitaires. Nous avons des doutes sur l'exhaustivité des données. Au moins au plus fort de la pandémie, la recherche des contacts s'est partiellement effondrée. Il est également douteux que toutes les personnes contact de premier degré aient effectivement été testées à ce moment-là. Je sais que dans certains cas, cela ne s’est pas produit en Saxe, de sorte que l’état des données peut être très limité, en particulier pendant la phase haute où il y avait la plupart des infections. Il n’y a en fait pas de meilleures données en Allemagne car il n’y a pas de projets de recherche d’accompagnement qui testent à plusieurs reprises un grand nombre d’écoliers, puis testent tous les contacts en cas d’épidémie. La Grande-Bretagne, par exemple, a un concept d’accompagnement bien, bien meilleur.

C’est un aspect. L’autre aspect est qu’en fait, nous avons eu très peu de cas chez les enfants et les adolescents lors de la première vague. Cette tranche d’âge n’a donc pratiquement pas été affectée. D’où, selon mon interprétation, cette évaluation selon laquelle il n’y a pas de problème avec les enfants. Mais cela a radicalement changé au cours de la deuxième vague.

News4teachers : Et comment ?

« En raison du nouveau variant, le virus se développe de manière encore plus aggravée chez les enfants et les adolescents »

Scholz : Au cours de la deuxième vague, nous avons vu un préjudice massif dans le groupe des enfants et des adolescents et y avons réalisé des incidences très élevées. Cette tendance est encore plus forte dans la troisième vague qui est en cours. C'est aussi le constat que nous avons en provenance d’autres pays européens comme la Grande-Bretagne, à savoir que le virus se développe de manière encore plus aggravée chez les enfants et les adolescents en raison du nouveau variant. Cette étude de Rhénanie-Palatinat ne pouvait même pas tenir compte de ces nouveaux variants car il n’y avait pas de cas de nouveaux variants dans la deuxième vague.

Et à cela, il faut encore ajouter – c’est le troisième aspect – que dans l’étude, le taux d’atteinte secondaire, c’est-à-dire la probabilité de transmission d'une infection à d'autres élèves ou enseignants, a été estimé à 1,5% dans le contexte scolaire - et cela a été décrit comme risque faible. 1,5 pour cent de probabilité chez les enfants et les adolescents ne semble certes pas beaucoup à première vue au début. Mais il faut voir que beaucoup de contacts se font dans les garderies et les écoles. Dans les écoles, nous avons des réseaux complexes, de grands clusters [foyers], qui ne peuvent pas tous être tracés en détail. Ce n’est pas comme à la maison. Si je n’ai de contact qu’avec trois personnes, alors 1,5 pour cent, ce n’est pas beaucoup. Mais si vous êtes en contact avec un très, très grand nombre de personnes et cela via des clusters [foyers] qui autrement n’auraient aucun contact les uns avec les autres, alors cela a un impact. Cela ne reflète pas ce chiffre qui y a été estimé. C’est pourquoi il faut être prudent dans l’interprétation que cela représente peu ou beaucoup.

News4teachers : Que pensez-vous du mantra des ministres de l'Éducation - qui a également été répété dans le cadre de cette étude - « Les écoles ne sont pas les moteurs de la pandémie » ?

Scholz : Il faut dire que le terme « moteur » n’est pas du tout défini. Qu’est-ce qu’un «moteur» ? Cela signifie probablement que c’est en quelque sorte la seule cause de la pandémie. Les écoles et les garderies ne le sont certainement pas. Mais ils sont un facteur essentiel - et la situation des données à cet égard est à mon avis accablante au niveau international. De grandes méta-analyses ont maintenant montré que les fermetures d’écoles ont un effet de freinage important sur la pandémie.

News4teachers : Inversement, cela signifie-t-il que les écoles ouvertes accélèrent la pandémie ?

Scholz : Oui. Cependant, il faut limiter cette affirmation : bien sûr, les études ne nous disent pas exactement où ces infections ont lieu - que ce soit à l’école, devant l’école, sur le chemin ou par le biais de contacts avec les parents. Il est très difficile de démêler cela. Mais le fait que les écoles soient ouvertes ou fermées a un effet significatif sur la pandémie. Toutes les données et toutes les méta-analyses le montrent. Il existe une étude américaine qui analyse cela en détail - et elle montre que cet effet est particulièrement pertinent lorsqu'il y a un niveau élevé d’infection dans la région. Cela explique également la différence entre la première et la deuxième vague. Dans la première vague, nous avons eu un faible nombre d’infections, même au plus haut - mais maintenant, malgré le confinement, nous avons toujours un nombre très élevé d’infections, donc la situation doit être évaluée très différemment de la première vague.

« Si les écoles sont ouvertes sans mesures de protection adéquates, les chiffres augmentent à nouveau »

Ceci est également démontré par des études individuelles en Grande-Bretagne, par exemple, qui ont vraiment un très bon support scientifique pour ce qui se passe dans les écoles. Au Royaume-Uni, le nombre d’enfants et d’adolescents a fortement augmenté pendant le confinement aussi longtemps que les écoles restaient ouvertes et n’ont diminué qu’après leur fermeture. On l’a vu aussi en Allemagne. Ce n’est qu’après la fermeture des écoles que le nombre de cas a commencé à diminuer. Cela a donc eu un effet clair - et maintenant, si les écoles sont ouvertes sans mesures de protection adéquates, comme nous pouvons le voir très clairement en Saxe, les chiffres augmentent à nouveau.

News4teachers : Qu'observez-vous exactement en Saxe ?

Scholz : C’est une évolution vraiment terrifiante que nous voyons là-bas. Les écoles primaires de Saxe sont ouvertes depuis le 15 février - sans masques dans les classes, sans filtres à air dans les classes et sans concepts de test, c’est-à-dire pratiquement dans le même mode qu’en été où nous avions une très faible incidence. Et depuis que les écoles sont ouvertes, les effectifs du segment d’âge scolaire ont augmenté rapidement. Nous avons eu un triplement de l’incidence là-bas en seulement 3 semaines, alors que tous les autres groupes d’âge n'ont pas augmenté ou seulement augmenté de façon minimale. Cela vaut également pour le segment des garderies. Le nombre d’infections augmente également massivement chez les jeunes enfants.

Pour souligner à nouveau : les autres groupes d'âge sont restés à peu près les mêmes et n’ont augmenté de manière significative que récemment. C’est un signe clair qu’il y a des infections chez les enfants et pas seulement des transmissions d’adultes à enfants, comme on le prétend à maintes reprises, car alors le nombre devrait également augmenter chez les adultes. C’est apparemment l’inverse : les chiffres augmentent d’abord chez les enfants - et maintenant, par conséquent, ils augmentent également lentement chez les adultes. Incidemment, il y a eu l’effet inverse avec les fermetures d’écoles. À cette époque, le nombre d’infections a diminué d’abord dans le segment des enfants, puis chez les adultes. C’est une autre indication qu’il y a des infections dans les écoles, car les élèves n’avaient pas moins de contacts à la maison. Le confinement était déjà en cours. Ces évolutions montrent clairement que de nombreuses infections doivent provenir des garderies et des écoles. Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un facteur majeur de la pandémie.

News4teachers : Les enfants et adolescents infectés sont souvent asymptomatiques. Est-ce pour cela qu’il y a moins de tests chez les enfants et les adolescents ?

Scholz : Le nombre de cas non signalés n’est pas tout à fait clair. Mais nous savons qu’il est beaucoup plus élevé chez les enfants que chez les adultes. Une étude de Munich a estimé le nombre de cas non signalés à environ un facteur de 6, alors que nous le supposons d’environ 2-3 pour les adultes. Et si vous ajoutez cela à l’équation, les enfants et les adolescents sont actuellement le groupe d’âge le plus touché par le Covid-19.

News4teachers : Comment évaluez-vous cette politique actuelle d'ouverture d'école à la lumière de vos conclusions ?

Scholz : Nous avons une vision très critique de l’ouverture des écoles, sans mesures de protection adéquates. C’est un risque élevé que nous prenons là. Également parce que nous avons maintenant le nouveau variant B.1.1.7, qui est encore plus contagieux. Les familles touchées sont plus ou moins exposées sans défense aux entrées du secteur scolaire et de la garderie.

Le régime méditerranéen et les régimes alimentaires de Taïwan et de Corée du Sud sont des exemples de régimes protecteurs du coronavirus

L’ouverture des écoles pourrait n’être que l’un des facteurs intervenant dans la pandémie de coronavirus. Il y a apparemment transmission plutôt d’enfants à adultes. Les enfants et des adolescents représenteraient ainsi le groupe d’âge le plus touché par le Covid-19. Il est possible que l’alimentation actuelle, l'une des principales causes de l'apparition de nouvelles maladies dans ce groupe d'âge (obésité, hypertension, diabète de type 2, etc.) soit un facteur majeur de la pandémie de coronavirus affectant en particulier les enfants et les adolescents.

J’ai émis l’hypothèse que c’étaient les régimes alimentaires de Taïwan et de Corée du Sud, et non les mesures sanitaires, qui étaient protecteurs du coronavirus. Ces régimes respectent les principes du régime méditerranéen :

LES HABITUDES ALIMENTAIRES TRADITIONNELLES DES MEDITERRANEENS

1) Les végétaux (plantes) sont la part la plus importante de leur repas.

2) Ils ne sont pas végétariens, car ils mangent des produits animaux mais pas beaucoup.

3) Pour leurs repas, ils ont  de nombreuses recettes et de nombreux ingrédients différents.

4) Ils mangent des aliments de saison (pas de tomates ou de fraises en hiver, par exemple).

5) Ils consomment beaucoup de céréales (pâtes, riz, pain, semoule, flocons d’avoine,…), légumes, légumineuses (haricots blancs ou rouges, lentilles, pois cassés, pois chiches,…) et fruits.

Dans l'étude de Lyon, le docteur Michel de Lorgeril, médecin et chercheur (pathologies cardiovasculaires et physiologie de la nutrition) au CNRS, a démontré les bénéfices du régime méditerranéen, c’est-à-dire des habitudes alimentaires traditionnelles des populations du bassin méditerranéen. Dans son ouvrage Le nouveau régime méditerranéen, qu’il a coécrit avec Patricia Salen, diététicienne nutritionniste et assistante de recherche clinique, il note que « l'espérance de vie dans la zone méditerranéenne est une des meilleures au monde. Elle est associée à la conservation d'une excellente qualité de vie qui s'explique en grande partie par une faible fréquence de maladies qui ailleurs peuvent décimer les populations ou les handicaper sévèrement : les maladies cardiovasculaires, les cancers, le diabète et l'obésité, les maladies inflammatoires chroniques (des os, des articulations, des systèmes digestif et neurologique) et les maladies neurologiques dégénératives du vieillissement comme la maladie d'Alzheimer. » Selon lui, les populations méditerranéennes ne sont pas protégées par leur génome (ou quelque facteur héréditaire) mais par leur mode de vie, incluant leur alimentation. Plus que l’aliment, c’est le modèle alimentaire qui est important, c’est-à-dire la consommation d’aliments interactifs et complémentaires.[3]

1 Français sur 2 a trop de poids. Moins on a d’argent, plus on risque d’être obèse. [4]

L’obésité est un grave problème pour la santé des Français, surtout chez les personnes qui ont peu d’argent. La graisse augmente le risque d’avoir une maladie grave : maladies cardiovasculaires, diabète, problèmes articulaires, troubles respiratoires, dépressions ou cancers, surtout du foie, de l’utérus ou du sein après la ménopause.

Moins on a d’argent pour vivre chaque mois, plus on risque d’être obèse.

En France, les enfants ont de nouvelles maladies, comme l’hypertension ou le diabète de type 2.

En France, 1 enfant sur 7 à peu près est obèse ou a trop de poids. Les enfants obèses gardent souvent les nouvelles maladies, comme l’hypertension ou le diabète de type 2, toute leur vie. Pour les enfants obèses, ces maladies deviennent souvent de plus en plus graves quand ils sont plus âgés.

Les enfants qui sont obèses ou ont trop de poids ont aussi une mauvaise estime d’eux-mêmes. Ils risquent ensuite d’être stressés et de faire une dépression.[5]

Pourquoi de plus en plus de personnes grossissent-elles ou deviennent-elles obèses ?

Les enfants et les adultes deviennent obèses et ont trop de poids parce qu’ils mangent souvent de la nourriture moins chère et parce qu’ils ne sont pas assez actifs (à cause de l’Internet, de la télévision, des jeux-vidéo…). Les produits industriels fabriqués avec des graisses et des sucres, beaucoup trop caloriques, sont moins chers à fabriquer et on les trouve dans tous les magasins.

Les femmes de la Chine, du Japon, de la Corée ou des Philippines, par exemple, sont les femmes qui ont le moins de cancer du sein dans le monde. Mais pour 1 femme habitant la Chine, le Japon, la Corée ou les Philippines qui a un cancer du sein, 4 femmes de ces pays qui sont allées habiter en Amérique ont un cancer du sein. Comme les Américaines, ces femmes mangent une nourriture très calorique, mais avec très peu de plantes (végétaux). Elles sont très peu actives et prennent du poids, donc de la graisse. Avec cette façon de vivre, leurs petites-filles finissent par avoir autant de cancer du sein que les Américaines d’origine.

Même sans émigrer, les femmes asiatiques risquent de plus en plus d’avoir un cancer du sein, parce que, dans le monde entier, on vit de plus en plus comme les Américains.

Depuis 40 ans bientôt, il y a de plus en plus de produits trop gras, trop sucrés, trop salés, mais pas nourrissants pour le corps. On ne mange plus de la même façon. Cette nourriture (les boissons gazeuses, les goûters et les friandises, les repas surgelés ou les produits « modernes ») a été inventée par l’industrie, en mélangeant gras, sucre, sel, additifs. Les produits sont attirants, faciles à utiliser et on peut les conserver longtemps.

Mais ces produits industriels transformés sont très caloriques, beaucoup plus caloriques que tous les aliments que l’homme a mangé jusqu’à maintenant. Un seul de ces produits est plus calorique que plusieurs aliments venant de la nature. Une simple friandise, avalée en quelques secondes seulement, est une véritable « bombe » d’énergie qui apporte plus de calories qu’un repas complet à base de soupe ou de salade. Manger une seule fois dans un snack, parfois même dans la voiture, suffit pour apporter assez de calories pour une journée entière. Ces produits n’existaient pas il y a 100 ans seulement.

Aujourd’hui, sur 4 aliments vendus dans le monde, 3 sont des produits industriels transformés.

Comme on trouve beaucoup d’aliments industriels qui sont aussi beaucoup transformés quand on fait ses courses, on mange beaucoup de calories en plus. Aux États-Unis, par exemple, ces produits sont arrivés à partir des années 1980.

Pour 100 calories en 1980, il y avait 125 calories dans ces produits en 2000, vingt ans seulement après.

Le sucre est ajouté à presque tous les aliments industriels modernes (il y a à peu près 600 000 aliments industriels). Le sucre est le grand responsable s’il y a trop de calories dans ce qu’on mange. Dans le temps, on trouvait le sucre seulement dans les desserts ou les petites « gâteries » qu’on mangeait parfois.

Maintenant, sur 10 produits alimentaires que l’on peut acheter, des sucres sont ajoutés dans 8 produits alimentaires.

Il y a des céréales, des goûters, des pains, des vinaigrettes, des sauces ou encore des yaourts.

« Pas de matière grasse » ne veut pas dire que le produit ne fait pas grossir :

Il y a parfois jusqu’à cinq cuillères à café de sucre dans un simple yaourt 0 % de matières grasses et au goût vanille ! C’est la moitié du sucre qu’il y a dans une cannette de boisson gazeuse.

Il y a donc beaucoup de sucre ajouté dans nos repas (même si on ne mange plus de sucre blanc en morceaux ou en poudre). Il y a de plus en plus de personnes qui grossissent depuis quelques années. Des chercheurs disent que c’est à cause du sucre ajouté.

Les « faux sucres » ou édulcorants (l’aspartame et le sucralose – Splenda, Canderel), qui remplacent le sucre dans les boissons gazeuses et qui n’ont aucune calorie, ne sont pas bons non plus pour la santé. Le cerveau n’aime pas qu’on le trompe. Le cerveau a besoin de sucre pour fonctionner. Avec les « faux sucres », il réagit en nous donnant plus d’appétit pour qu’on mange plus de calories.

La nourriture moderne trop calorique et pas chère, que l’on trouve partout, permet à ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent de manger pour avoir assez d’énergie. Mais ces personnes manquent d’aliments bons pour la santé. Elles sont mal nourries. Les aliments industriels sont pauvres en bonnes choses pour la santé. La nourriture industrielle est faite pour être avalée avec un minimum d’effort en donnant un maximum d’énergie à notre corps qui grossit. C’est une catastrophe pour la santé.

Les industriels disent que les gens mangent trop, que c’est la faute des consommateurs. Ce n’est pas vrai. À cause de cette alimentation moderne, la santé est moins bonne maintenant dans des régions du monde qui étaient des modèles pour la santé (Okinawa et la Crète).

SIX CONSEILS

1. Rester mince, mais pas trop maigre pour ne pas tomber malade. Ne pas boire de boissons gazeuses et manger très peu d’aliments sucrés et gras, trop caloriques.

2. Manger peu de viandes rouges (bœuf, agneau, porc), à peu près 250 g par personne par semaine, en les remplaçant par des légumes secs (haricots blancs ou rouges, lentilles, pois cassés, pois chiches,…) avec des céréales (pâtes, riz, semoule, flocons d’avoine,…), ou des œufs ou encore des poissons (sardines, maquereaux, thon,…).

3. Manger beaucoup de fruits différents, de légumes différents, de légumes secs différents ainsi que des aliments avec des grains entiers.

Pour une part d’œufs, de poisson ou de viande, il faut manger 2 parts de fruits, de légumes, de légumes secs,…

4. Être actif physiquement au moins 30 minutes par jour.

5. Boire seulement deux verres d’alcool pour les hommes et un verre pour les femmes par jour.

6. Ne pas manger beaucoup de produits conservés dans du sel (poissons salés par exemple) et pas beaucoup de produits avec beaucoup de sel.[6]

 

[2] « Les mesures prises dans les écoles ont un effet » : comment un bureau d’enquête de l’État tente de susciter l’ambiance politique avec des données douteuses.

https://www.news4teachers.de/2021/03/lehrer-werden-nicht-von-schuelern-angesteckt-meldet-bild-wie-ein-landes-untersuchungsamt-mit-fragwuerdigen-daten-versucht-stimmung-zu-machen/

[3] DR MICHEL DE LORGERIL, avec la participation de PATRICIA SALEN, Le nouveau régime méditerranéen, Pour protéger sa santé et la planète, Éd. Terre vivante.

[6] DR. RICHARD BÉLIVEAU et DR. DENIS GINGRAS, La méthode anti cancer, Comment réduire les risques, Alimentation, mode de vie, environnement, Éd. Flammarion.