Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'absence de toxicité de la consommation de vitamine C à des doses supérieures à 60 mg/j a été confirmée dans huit études en double aveugle contrôlées par placebo et dans six études cliniques non contrôlées avec des doses allant jusqu'à 10 grammes de vitamine C par jour pendant 3 ans. Il n'y a aucune donnée clinique qui confirme que l'augmentation de l'absorption du fer non héminique par la vitamine C chez des sujets avec des taux plasmatiques faibles en fer soit un facteur de risque de développement d'une maladie cardiovasculaire chez des sujets atteints d'hémochromatose génétique hétérozygote[1]. Les données cumulées ne confirment pas que le statut en fer soit lié aux maladies cardiovasculaires chez ces patients. Comme nous l'avons vu dans le chapitre sur les maladies cardiovasculaires, des doses élevées, supérieures à la DJA, sont associées à une diminution de la peroxydation lipidique, une diminution de la pression artérielle et du risque cardiovasculaire globale[2].

Je n'ai trouvé aucune étude démontrant que l'absorption de vitamine C était augmentée chez des sujets surchargés en fer. S'il existe un rétrocontrôle positif sur l'expression de SVCT1 en cas de carence en fer, peut être existe-t-il un rétrocontrôle négatif en cas de surcharge en fer ?

Contrairement à ce que l'on pense, peut-être que la vitamine C, en prévenant les dommages oxydatifs liés à l’excès de fer tissulaire, a toute sa place dans le traitement de l'hémochromatose (opinion personnelle).

L'AA oxydé en oxalate peut se cristalliser avec du calcium dans les urines pour former des calculs d'oxalate de calcium. Les études montrent que la consommation de vitamine C n'augmente pas et pourrait même réduire l'incidence des calculs rénaux[3].

La vitamine C peut provoquer une diarrhée bénigne et un effet diurétique en cas de prise unique massive. Ces effets sont inexistants lorsque les prises sont réparties dans la journée.

L’acide ascorbique n’est pas plus toxique que le sucre, à partir duquel il est synthétisé chez l'animal, sinon les animaux capables de la synthétiser seraient probablement massivement intoxiqués. La vitamine C est moins toxique que le sel de table, bien moins toxique que l’aspirine, le paracétamol, les corticoïdes, les antibiotiques, la trithérapie et la chimiothérapie.

Il n’existe aucun cas de décès lié à un surdosage en vitamine C dans la littérature. Certains patients ont reçu jusqu’à 150 grammes de sodium ascorbate en intraveineux sans aucun effet indésirable[4].Une étude publiée par l'Union Européenne en août 2012 fait le point sur le risque de décès lié à la consommation de vitamines et compléments alimentaires. Le risque de décès lié à l’hôpital est 351 220 fois plus élevé que celui de consommer des vitamines, le risque de décès lié à la prise de médicaments est 123 125 fois plus élevé que celui de consommer des vitamines. Le risque de décès lié à la pratique d'un sport est 200 fois plus élevé que celui de consommer des compléments alimentaires. Et enfin le risque de mourir emporté par un tsunami est 11 667 fois plus élevé que celui de mourir intoxiqué par des vitamines.

 

 


[1] A Bendich and L Langseth, The health effects of vitamin C supplementation: a review, J Am Coll Nutr April 1995 vol. 14 no. 2 124-136.

[2] Ibid.

[3] Curhan GC, Willett WC, Speizer FE, Stampfer MJ, Intake of vitamins B6 and C and the risk of kidney stones in women, J Am Soc Nephrol. 1999 Apr;10(4):840-5.

Gerster H. Ann, No contribution of ascorbic acid to renal calcium oxalate stones, Nutr Metab. 1997;41(5):269-82.

Curhan GC, Willett WC, Rimm EB, Stampfer MJ, A prospective study of the intake of vitamins C and B6, and the risk of kidney stones in men, J Urol. 1996 Jun;155(6):1847-51.

Hoffer A. Can Med Assoc J, Ascorbic acid and kidney stones, 1985 Feb 15;132(4):320.

[4] H.D. Riordan, J.J. Casciari, M.J. Gonzalez, N.H. Riordan, J.R. Miranda-Massari, P. Taylor, J.A. Jackson, A pilot clinical study of continuous intravenous ascorbate in terminal cancer patients, P. R. Health Sci. J. 24 (2005) 269–276.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :