Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Certains régimes alimentaires et médecines démultiplient l’effet bénéfique des molécules naturelles

Les régimes ancestraux (méditerranéen, Okinawa, Inde, etc.) étaient parvenus à un équilibre idéal pour la santé. Ils démultipliaient l'effet bénéfique pour la santé des molécules naturelles. C’est vers l’utilisation, à visée thérapeutique, de molécules naturelles, dont les vertus sont optimisées par certaines médecines traditionnelles comme la médecine traditionnelle chinoise, qu’il faut tendre. La synergie, c’est-à-dire le phénomène par lequel plusieurs facteurs agissant en commun ensemble créent un effet global, créée par l’association des molécules naturelles dans ces régimes ancestraux et ces médecines traditionnelles a un effet synergique[1] distinct de tout ce qui aurait pu se produire si ces molécules naturelles avaient opéré isolément, que ce soit chacune de son côté ou toutes réunies mais œuvrant indépendamment. Il y a donc l'idée d'une coopération créative. Dans les régimes ancestraux et les médecines traditionnelles, cette synergie est  positive car le résultat de l’action commune de ces molécules naturelles est créateur ou autrement meilleur que la somme attendue des résultats individuels de chacune d’elles.

La combinaison du régime méditerranéen et de l’action des micronutriments (la lysidine, les vitamines B, C, D, K, etc.) pourrait révolutionner le traitement de certaines maladies

Je pense ainsi que le régime méditerranéen démultiplie l'effet de la lysine et des vitamines B, C, D et K, par exemple.

La qualité de l’eau est également déterminante

La qualité de l'eau est aussi déterminante puisque Marc-André Selosse, dans une interview au magazine 95°[2], rapporte le cas de « Canadiens qui, suite à une inondation catastrophique à Walkertown, en 2000, ont dû boire des eaux contaminées. Plusieurs mois après, on a observé une série de dépressions dépassant le stress qu'avait pu provoquer la catastrophe. On pense qu'ils ont été atteints par des Campylobacter, des bactéries qui déclenchent des attitudes dépressives chez la souris ». Ces eaux contaminées ont été, dans tous les cas, à l’origine de dysbioses sur un terrain propice, c’est-à-dire un microbiote nourri inadéquatement. La solution à l'heure actuelle est de la filtrer par osmose inverse.    

Les médecins du futur auront tous des compétences en nutrition

Demain, les médecins auront tous des connaissances approfondies en nutrition et les cuisiniers feront partie des soignants. Les diététiciens-nutritionnistes auront un rôle accru, notamment de soignants, en particulier de problèmes sociaux, par le levier de l’alimentation, dans la restauration scolaire et universitaire, les hôpitaux, les maisons de retraite et les prisons.

Selon le Professeur Henri Joyeux, « l’alimentation est la première médecine »[3].

 

 

[2] Interview de MARC SELOSSE, Ne cherchez plus à détruire les bactéries !, parue dans le magazine 95°, La cuisine dans son plus simple appareil, Hiver 2017. Rédactrice en chef : Marion Kaplan.