Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le complexe de vitamines B-nutrics et la schizophrénie, la dépression, la bipolarité, l’insomnie, etc. : Les bénéfices spécifiques du folate[1]

 

Après ingestion, le processus de conversion de l'acide folique en formes de coenzyme métaboliquement actives est relativement complexe. La synthèse des formes actives de l'acide folique nécessite des réserves suffisantes de riboflavine (B2), de niacine (B3), de pyridoxine (B6), de zinc, de vitamine C et de sérine.

Une hyperhomocystéinémie (c’est-à-dire l'homocystéine plasmatique élevée, le dérivé déméthylé de l'acide aminé méthionine,) a été associée à la schizophrénie, à la maladie d’Alzheimer, au déclin cognitif.

Les maladies neuropsychiatriques englobent un certain nombre de manifestations neurologiques, cognitives et psychiatriques pouvant être secondaires à une carence en folate. Ces manifestations comprennent la démence, les syndromes schizophréniens, l'insomnie, l'irritabilité, l'oubli, la dépression endogène, la psychose organique, la neuropathie périphérique, la myélopathie et le syndrome des jambes sans repos. Plusieurs études ont documenté une amélioration de la dépression chez certains patients après une supplémentation orale avec du 5-MTHF. Un supplément d'acide folique pourrait avoir un effet positif sur la morbidité de certains patients bipolaires soumis à une thérapie au lithium.  Un syndrome caractérisé par une dépression légère, une fatigue musculaire et intellectuelle permanente, des symptômes légers de jambes sans repos, des réflexes tendineux de la cheville diminués, une diminution de la sensation de vibration dans les jambes, une hypoesthésie de type bas et une constipation de longue durée semblent répondre à la supplémentation en acide folique.

 

États de carence et symptômes

La fatigue, l'irritabilité, la dépression, la neuropathie périphérique, l'hyper réflexivité des tendons, le syndrome des jambes sans repos, l'insomnie, la dépression, la démence, des troubles cognitifs et des troubles psychiatriques sont les signes et symptômes de la carence en acide folique.

Indications cliniques

Hyperhomocystéinémie

L'homocystéine plasmatique élevée, le dérivé déméthylé de l'acide aminé méthionine, est appelée hyperhomocystéinémie. Une hyperhomocystéinémie a été associée à la schizophrénie, à la maladie d’Alzheimer, au déclin cognitif. Chez les sujets en bonne santé, même de faibles doses d'acide folique peuvent réduire les taux d'homocystéine. Une dose quotidienne de 400 µg d'acide folique ou de 416 µg de 5-MTHF par jour pendant 24 semaines a entraîné une réduction significative de l'homocystéine chez 144 femmes en bonne santé ; il n'y avait pas de différence entre les groupes supplémentés. Chez les sujets atteints de maladie cardiovasculaire, une dose quotidienne de 800 µg d'acide folique a entraîné une diminution moyenne de 23% des taux d'homocystéine, tandis que 2,5 mg par jour entraînait une diminution moyenne de 27%. Les preuves suggèrent que les individus ayant des niveaux initiaux d'homocystéine plus élevés subiront probablement une réduction plus importante après la supplémentation en acide folique. Des études comparant la supplémentation par voie orale en acide folique et en 5-MTHF ont révélé une capacité similaire de réduction de l'homocystéine chez l'un ou l'autre des suppléments.

Applications neuropsychiatriques

Les maladies neuropsychiatriques englobent un certain nombre de manifestations neurologiques, cognitives et psychiatriques pouvant être secondaires à une carence en folate. Ces manifestations comprennent la démence, les syndromes schizophréniens, l'insomnie, l'irritabilité, l'oubli, la dépression endogène, la psychose organique, la neuropathie périphérique, la myélopathie et le syndrome des jambes sans repos. Des concentrations sériques inférieures et des concentrations en folates érythrocytaires sont associées à la dépression, et une carence pourrait prédire une réponse plus faible à certains antidépresseurs. Plusieurs études ont documenté une amélioration de la dépression chez certains patients après une supplémentation orale avec du 5-MTHF à des doses de 15 à 50 mg par jour. L'acide folique (500 µg par jour) a considérablement amélioré l'action antidépressive de la fluoxétine chez les sujets souffrant de dépression majeure. Des preuves limitées impliquent qu'un supplément d'acide folique pourrait avoir un effet positif sur la morbidité de certains patients bipolaires soumis à une thérapie au lithium.  Un syndrome caractérisé par une dépression légère, une fatigue musculaire et intellectuelle permanente, des symptômes légers de jambes sans repos, des réflexes tendineux de la cheville diminués, une diminution de la sensation de vibration dans les jambes, une hypoesthésie de type bas et une constipation de longue durée semblent répondre à la supplémentation en acide folique (5-10 mg par jour pendant 6-12 mois).

Vitamine B6, dysfonctionnement cérébral et affections neurologiques (dépression et maladie de Parkinson), neurotransmetteurs[2]

Les régimes pauvres en vitamine B6 ont également été associés à un dysfonctionnement cérébral et à des affections neurologiques, telles que la dépression et la maladie de Parkinson. B6 est nécessaire à la synthèse de la sérotonine et de la dopamine par les neurotransmetteurs, essentielle à la communication normale entre cellules nerveuses.

 

B6 est nécessaire à la synthèse de la sérotonine et de la dopamine par les neurotransmetteurs, essentielle à la communication normale entre cellules nerveuses.

 


[1] 5-Methyltetrahydrofolate, Alternative Medicine Review, Volume 11, Number 4, 2006.