Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le rôle de la méthylation dans la santé, le vieillissement et le rétablissement neurologiques : au-delà du déficit en méthylènetrahydrofolate réductase (MTHFR)[1]

 

Le déficit en méthylation est la composante manquante de la récupération neurologique et immunologique. Des facteurs génétiques et acquis prédisposent de nombreuses personnes à développer un déficit en méthylation. Un patient qui est génétiquement, ou autrement, prédisposé à développer une ou plusieurs maladies dues à un déficit de méthylation ne le fera pas tant qu'il n'aura pas vécu un événement déclencheur, des vaccins (virus vivants) aux infections sévères, aux expositions environnementales, aux traumatismes et aux opérations chirurgicales, en passant par des états émotionnels tels que le stress.

Cependant, un approvisionnement adéquat en vitamines de méthylation peut annuler les effets délétères de ces facteurs prédisposants, et donc prévenir ou traiter un grand nombre des problèmes associés à une carence en méthylation. Le soutien de la méthylation, le contrôle (ou si possible l'élimination) des déclencheurs inflammatoires et le soutien mitochondrial peuvent tous aider à optimiser la santé neurologique.

RÉSUMÉ

Le déficit en méthylation joue un rôle clé dans les pathologies des syndromes neuro-immuns et du vieillissement neurologique. Les objectifs de cet article sont une introduction à la biochimie générale de la méthylation et au déficit en méthylation. Les polymorphismes de la méthyltétrahydrofolate réductase (MTHFR) et les anomalies moins connues associées à la méthylation, leurs causes et leurs conséquences, ainsi que les moyens de remédier à ces problèmes, feront tous l'objet de discussions.

INTRODUCTION

La plupart des médecins consacrent peu de temps à la méthylation, mais ils voient tous les jours sans le savoir des patients présentant des problèmes dus à des déficiences de la méthylation. Les troubles fréquents chez les adultes dans lesquels le déficit en méthylation joue un rôle sont notamment :

  • les migraines, les maux de tête ;
  • les vertiges ;
  • la fatigue chronique, la fibromyalgie ;
  • la douleur chronique / les névralgies / les neuropathies ;
  • le trouble déficitaire de l'attention chez les adultes (TDA), le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention des adultes (TDAH) ;
  • les troubles épileptiques ;
  • le syndrome post-commotion cérébrale ;
  • le cancer neurologique ;
  • les troubles anxieux / la dépression / la bipolarité ;
  • la maladie d’Alzheimer et les démences ;
  • l’infertilité, les problèmes de régulation hormonale ;
  • l'asthme ;
  • le psoriasis ;
  • les sensibilités alimentaires ;
  • l'hypothyroïdie ;
  • les troubles auto-immuns (lupus, rhumatoïde, Hashimoto, etc.) ;
  • le dysfonctionnement immunitaire chronique (levure, virus, maladie de Lyme, etc.) ;
  • le diabète.

Les carences en vitamines B méthylées, méthyl vitamine B12 (méthylcobalamine) et méthyltétrahydrofolate (MTHF) sont un cofacteur commun à tous les problèmes ci-dessus. Ainsi, bien que des médecins en trop petit nombre connaissent un peu la méthylation, c'est un problème énorme pour la grande majorité de nos patients. Vous ne pouvez pas ignorer la méthylation, car c'est vital pour la santé.

LE RÔLE DE LA MÉTHYLATION DANS LA SANTÉ NEUROLOGIQUE, LE VIEILLISSEMENT ET LE RÉTABLISSEMENT

La biochimie de la méthylation

La méthylation consiste à ajouter un groupe chimique « méthyle » à un substrat. La méthylation a plus de 200 fonctions dans le corps et est vitale pour le statut de la dopamine, la production d'oxyde nitrique, le renouvellement et la division cellulaires, les propriétés de la membrane, la fonction mitochondriale et le statut limbique.

Une carence en méthylation cause 3 problèmes biomédicaux majeurs :

1. Une carence générale en méthylation due à une carence en MTHF et / ou en méthyle B12 : 

a. une faiblesse mitochondriale ;

b. une carence en oxyde nitrique ;

c. une division cellulaire et un déficit de récupération ;

d. une mauvaise activité des neurotransmetteurs ;

e. une faible fonctionnalité du facteur de croissance.

2. Un déficit / faiblesse en lymphocytes T provoquant une asymétrie Th1 à Th2 due à un déficit en 5-MTHF, qui crée une inflammation ;

3. Une mauvaise synchronisation des neurotransmetteurs – inefficacité de la dopamine et de la sérotonine due à un déficit en tétrahydrobioptérine (BH4) et au polymorphisme de la catéchol-O-méthyltransférase (COMT).

Par conséquent, les problèmes de méthylation affecteront la production cellulaire, l'épigénétique et la fonctionnalité intracellulaire de presque toutes les cellules. Fondamentalement, toute personne souffrant de déficit en méthylation subira un vécu médiocre sur le plan neurologique, une faiblesse mitochondriale, de la fatigue, une production médiocre de neurotransmetteurs, des allergies alimentaires et par inhalation, une faiblesse immunitaire des lymphocytes T (et donc des infections virales, bactériennes et fongiques, et le cancer), une maîtrise insuffisante de l’inflammation, une clairance médiocre des toxines et une production limitée de dopamine. La dopamine a des fonctions importantes pour la mémoire, la concentration, le sommeil, la stabilité émotionnelle et la motricité fine. Ainsi, les personnes qui ne possèdent pas suffisamment de dopamine auront des problèmes dans tous ces domaines.

Pour comprendre les problèmes que le déficit en méthylation peut causer, nous devons commencer par réfléchir à ce que le corps fait avec l'acide folique que nous ingérons. L'acide folique doit être traité par la méthyltétrahydrofolate réductase (MTHFR) pour le convertir en méthyltétrahydrofolate (MTHF), la forme biologiquement active de l'acide folique. MTHF doit alors franchir une barrière graisseuse et c’est là que nous commençons à nous heurter à des problèmes. Les vitamines B sont solubles dans l’eau, mais le système nerveux et le système immunitaire sont recouverts de membranes adipeuses et, comme nous le savons tous, l’eau et l’huile ne se mélangent pas. Pour résoudre ce problème, le corps envoie MTHF via un autre transporteur de folate appelé transporteur de folate réduit. Le porteur de folate réduit transporte ensuite MTHF vers les récepteurs de folate sur les cellules. Une fois que le porteur de folate réduit se lie aux récepteurs de folate, le MTHF est transporté dans les cellules.

Déficit en méthylation

Polymorphismes du méthyltétrahydrofolate réductase

Le facteur de risque génétique prédisposant le plus courant pour les maladies liées à un déficit en méthylation est le déficit en MTHFR. MTHFR est responsable de la production de MTHF. Il existe 3 polymorphismes génétiques courants responsables du déficit en MTHFR :

  • C677T - confère une faiblesse de la production de MTHF ;
    • hétérozygote - réduction de 30 à 40% de la production de MTHF;
  • homozygote - réduction de 70 à 75% de la production de MTHF ;
  • A1298 - confère une légère faiblesse dans la production de MTHF;
  • hétérozygote - réduction de 5 à 10% de la production de MTHF;
  • homozygote - réduction de 20% de la production de MTHF;
  • mixte 677/1298 (composé hétérozygote);
  • confère une réduction de 40 à 50% de la production de MTHF.

Quelle est la fréquence de ces polymorphismes? Dans ma population de patients (n = 161), à peine 4% n'ont aucun des polymorphismes ci-dessus. Ce chiffre est probablement dû au type de patients dans ma pratique - ces personnes viennent me voir parce qu'elles ont des problèmes médicaux liés au déficit en méthylation. Dans une population de patients normale, il est probable que la moitié de vos patients seront exempts de ces polymorphismes. 

Cependant, même à l'état homozygote, aucune de ces variations n'est assez forte pour provoquer toutes les maladies mentionnées ci-dessus. Cela signifie qu'un patient qui est génétiquement, ou autrement, prédisposé à développer une ou plusieurs de ces maladies ne le fera pas tant qu'il n'aura pas vécu un événement déclencheur. Malheureusement, un grand nombre de facteurs peuvent agir comme un événement déclencheur, des vaccins (virus vivants) aux infections sévères, aux expositions environnementales, aux traumatismes et aux opérations chirurgicales, en passant par des états émotionnels tels que le stress.

Le dilemme de l'homocystéine

Les faibles niveaux d'homocystéine sont plus fréquents que les niveaux élevés d'homocystéine. Beaucoup de médecins pensent que c’est une bonne nouvelle, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’avoir un niveau trop peu élevé d’homocystéine est bien pire que d’en avoir trop. Pourquoi ? Avoir trop peu d'homocystéine est d'une grande importance, car l'homocystéine est essentielle pour que le corps fabrique le glutathion, un antioxydant puissant. Cela ne veut pas dire qu’avoir trop d’homocystéine n’est pas un problème, mais les médecins doivent également être conscients que le fait d’en avoir trop peu mérite aussi de l’attention. Où se situe la méthylation ici ? Le MTHFR est un cofacteur de la méthionine synthase, l'enzyme nécessaire à la conversion de la méthionine en homocystéine. Ainsi, sans méthylation, le corps ne peut pas produire d'homocystéine et sans homocystéine, le corps ne peut pas produire de glutathion. Il y a treize ans, j'ai décidé de mener ma propre étude sur les taux d'homocystéine. J'ai décidé qu'un niveau d'homocystéine de 9 était idéal et que 6,75 - 10,5 se situait dans la plage normale. Premièrement, j'ai étudié les niveaux d'homocystéine d'enfants autistes. Je savais que pratiquement tous ces enfants avaient un polymorphisme de MTHFR. Je n’étais donc pas trop choqué de constater que 93% des 413 enfants que j’avais examinés avaient un taux d’homocystéine < 7 et 76%, un niveau < 5. Qu'en est-il des adultes ? Parmi les 276 patients atteints de syndromes neuro-immuns de mon étude, 11% seulement avaient un taux d'homocystéine élevé > 12, alors que 73% avaient un taux < 7. Il est très important de déterminer le niveau d'homocystéine de vos patients car il s'agit d'un indicateur simple mais très important de problèmes mitochondriaux.

Autoanticorps de l'acide folique

Les autoanticorps de l'acide folique sont une autre cause majeure de déficit en méthylation. Jusqu'à 72% de nos patients atteints du syndrome neuro-immunitaire possèdent des auto-anticorps liés aux récepteurs de l'acide folique liés à la membrane, qui empêchent le porteur de folate réduit de se lier aux récepteurs de folate. La conséquence en est que le MTHF ne peut pas être transporté dans les cellules des systèmes nerveux et immunitaire. Les auto-anticorps liés aux récepteurs de l'acide folique liés à la membrane sont un facteur de risque acquis pour les syndromes neuro-immuns. Pourquoi les gens ont-ils ces auto-anticorps ?  Les recherches suggèrent que le développement de ces auto-anticorps est déclenché par l'exposition à la caséine β-2 (de vache) pendant la petite enfance ou par une irritation de l'intestin. Il existe un moyen très simple de déterminer si un patient est porteur de ces auto-anticorps, à savoir la mesure de l'acide folique dans le plasma. Les taux plasmatiques d'acide folique sont d'environ 3 à 12. Si l’auto-anticorps bloquant est présent, l’acide folique du patient sera > 15, et le plus souvent > 24. Pourquoi les taux plasmatiques d'acide folique sont-ils si élevés ? C'est simplement parce que l'acide folique n'est pas transporté dans les cellules. Les auto-anticorps liés aux récepteurs de l'acide folique liés à la membrane sont 10 fois plus importants que le déficit en MTHFR en termes de récupération fonctionnelle. Si votre corps ne peut pas transporter le MTHF dans les cellules, le fait que vous soyez déficient ou non en MTHFR ne fait aucune différence.

Théorie de la méthylation par les seaux

La théorie des seaux peut être utile pour expliquer l'importance de la méthylation. Cette théorie fonctionne cliniquement. Ce n'est pas biochimiquement parfait, mais cliniquement c'est logique. Sur la figure 1, vous pouvez voir qu'il y a 4 seaux séquentiels que nous devons remplir de vitamines méthylées : le seau mitochondrial (énergie), le seau du facteur de croissance (apport de la nutrition et de la croissance anabolique), le seau du système immunitaire et le seau de la dopamine (sommeil de qualité, bonne cognition, stabilité émotionnelle, etc.). Lorsque notre approvisionnement en méthylation est suffisant, tous les seaux sont pleins et nous sommes en bonne santé et heureux.

Figure 1: Théorie de la méthylation selon la théorie des seaux - Quand une méthylation appropriée a lieu, la méthylation est abondante pour tous les processus corporels nécessitant une méthylation.

Les problèmes commencent à apparaître lorsque les personnes présentent un déficit en méthylation. Qu'advient-il des seaux si nous avons un déficit en méthylation et que nous tombons malades ? Comme nous pouvons le voir à la figure 2, si nous tombons malades, cela revient à avoir un trou dans le seau immunitaire. Le corps investit toutes ses énergies dans le système immunitaire afin de lutter contre l'infection, et le produit de méthylation s'écoule hors du seau immunitaire. Cela signifie qu'il n'y a plus rien dans le seau à dopamine, ce qui entraîne une diminution des niveaux de dopamine. Pensez à ce que vous ressentez lorsque vous êtes malade, que vous vous sentez fatigué, que vous avez du mal à penser et à vous concentrer, et que vous vous sentez malheureux. Tout cela est dû à la diminution des niveaux de dopamine.

Figure 2 : Un problème oxydatif conduit à un déficit en méthylation et à une diminution des niveaux de dopamine.

Après la maladie, la situation s’aggrave. Comme le montre la figure 3, pour vaincre l'infection et réparer les cellules et les tissus endommagés, le corps doit verser une plus grande quantité de produits de sa méthylation dans le seau du système immunitaire, le seau des facteurs de croissance et le seau des mitochondries. Si notre réserve de produits de méthylation est adéquate, cela ne pose pas de problème, mais pour les personnes présentant un déficit en méthylation, c'est là que les vrais problèmes commencent à apparaître. Nous commençons à voir une cicatrisation altérée et des infections récurrentes, car il n’y a pas assez de méthylation pour faire fonctionner correctement le système immunitaire ou pour fabriquer des facteurs de croissance. C'est à ce moment-là que nous commençons à voir tous les problèmes mentionnés précédemment - inflammation accrue, allergies graves et sensibilités alimentaires et chimiques.

Figure 3 : Une déficience en méthylation entraîne un approvisionnement en méthylation inadéquat pour les processus de réparation. Cela a de nombreuses conséquences délétères.

Il est important de rappeler que les besoins en méthylation diffèrent en fonction de l'âge. Le besoin de méthylation suit l'hormone de croissance et atteint son maximum à  11 ans environ chez les filles et 14 ans environ chez les garçons. La demande reste ensuite élevée tout au long de l'adolescence, puis commence à redescendre dans la vingtaine. Lorsque nous atteignons l'âge de 30 ans, le besoin en méthylation commence à remonter, et c'est la raison pour laquelle nous commençons à voir autant de problèmes de santé chez les personnes âgées. La plupart des gens ne comblent tout simplement pas le besoin en méthylation des corps. Pour cette raison, le soutien de la méthylation chez les personnes qui prennent de l’âge est vital.

Récupération

Évaluation clinique des patients suspects de déficit en méthylation

L'évaluation clinique des personnes suspectées de déficit en méthylation révèle souvent :

• Des symptômes de carence en dopamine - instabilité de l'humeur, mauvaise attention et concentration, troubles du sommeil, régulation hormonale, fatigue, problèmes de motilité intestinale;

• Niveaux élevés d'allergies graves et / ou sensibilités alimentaires et chimiques;

• Symptômes fluctuants - bons moments / mauvais moments;

• Niveaux élevés de dysfonctionnement immunitaire (CD4 / CD8);

• Modèles familiaux de troubles neurologiques, de syndromes auto-immuns, de cancer et / ou de troubles de l'humeur.

Comment procéder pour évaluer le système nerveux?

Lors de l'évaluation du système nerveux, nous devons tenir compte de l'équilibre, des sensations, de la cognition et de l'humeur. La complexité impliquée dans l'évaluation fonctionnelle du système nerveux est ce qui dissuade de nombreux médecins d'essayer de traiter les syndromes neuro-immuns liés au déficit en méthylation.

Cependant, l'aide est à portée de main. Sensory View ™ est un système logiciel propriétaire qui combine plusieurs dispositifs de test de diagnostic médical approuvés par la FDA en une plate-forme transparente et fonctionnelle et fournit des résumés graphiques objectifs faciles à interpréter de la fonction et de la stabilité des systèmes sensoriels. Sensory View ™:

• évalue objectivement l’état neurologique et la stabilité actuels du patient ;

• Nous permet de voir l'inflammation dans le système nerveux sensoriel et de mesurer la dopamine en « temps réel » ;

• Nous permet de vérifier objectivement le succès d'une intervention biomédicale particulière ;

• Nous permet d'établir des délais fonctionnels pour la guérison.

Figure 4 : Test de la vue sensorielle normale.

Les informations fournies par Sensory View ™ peuvent être vues dans la figure 4. Dans ce cas, nous avons un résultat normal.

Avec le bon traitement, le patient obtiendra un résultat normal au test Sensory View ™ en quelques mois seulement.

Des analyses de sang et des tests d'allergie doivent également être effectués sur chaque patient:

 • Test sanguin:

  • MTHFR ;
  • Acide folique plasmatique ;
  • Homocystéine ;
  • Vitamine D ;
  • Sous-ensembles de cellules T ;
  • Thyroîde ;
  • Pregnenalone, progestérone, testostérone, DHEA, œstrogène.

• Allergie:

  • Tests alimentaires ( IgG) ;
  • test d'inhalation (IgE).

Optimisation de la santé neurologique et du vieillissement

Il existe 5 règles principales pour une optimisation réussie de la santé neurologique et du vieillissement:

1. surmonter la carence en méthylation si elle est présente ;

2. contrôler (éliminer) les déclencheurs inflammatoires ;

3. avoir une énergie cellulaire adéquate (mitochondries) ;

4. fournir les éléments nutritionnels nécessaires ;

5. Support symptomatique si nécessaire.

Parce que nous avons besoin de méthylation pour le système immunitaire, parce que nous avons besoin de méthylation pour les mitochondries, parce que nous avons besoin de méthylation pour le contrôle symptomatique, nous devons commencer par un soutien de méthylation - c'est la base de la guérison (Fig. 5) et cela permettra au patient de surmonter toute génétique sous-jacente. Sans cela, rien d'autre ne fonctionnera.

Figure 6 : La compensation de méthylation augmente l'apport de méthylation et aide le corps à se remettre des problèmes causés par une carence en méthylation.

L'aide à la méthylation doit inclure :

• Méthyltétrahydrofolate (MHTF) - activation du co-facteur des enzymes / hormones ;

• Méthyl B12 - activation du co-facteur des enzymes / hormones ;

• Hydroxy B12 - activation du co-facteur des enzymes / hormones ;

• Pyridoxal-5'-phosphate (P-5-P) - activation des co-facteurs des enzymes / hormones ;

• Vitamine D - régulation immunitaire comme déclencheur épigénétique.

Le soutien de la méthylation va :

• Restaurer les cofacteurs pour la récupération des cellules T et l'équilibre immunitaire ;

• Restaurer les cofacteurs pour la production d'énergie des mitochondries ;

• Restaurer les cofacteurs pour production d'hormone de croissance et administration de facteurs de croissance ;

• Restaurer les cofacteurs de la production de dopamine.

Le MTHF n'est pas bien absorbé s'il est pris par voie orale. Par conséquent, le support de méthylation est plus efficace s'il est administré par voie transdermique ou sous-cutanée deux fois par jour. La plupart des gens n'aiment pas s'injecter deux fois par jour, donc les patients sont plus susceptibles d'opter pour une administration transdermique. J'utilise beaucoup de leucovorine calcique pour le soutien de la méthylation. Pourquoi? Tout simplement parce que c'est bon marché (avec une assurance, c'est généralement 10 $ co-payer) et c'est très puissant. Certaines personnes diront que la leucovorine (qui est le formyltétrahydrofolate) ne fonctionne pas, mais d'après mon expérience, elle fonctionne très bien chez environ 90% des patients.

Remarque : Il est important de commencer par une faible dose et d'amener le patient à l'augmenter progressivement toutes les 3-4 semaines. Il est essentiel de laisser le corps s'adapter lentement au support méthylique. Si vous commencez avec une dose élevée, il est probable que vos patients se plaignent d'anxiété et / ou de nouveaux problèmes immunologiques.

L'aide à la méthylation aidera à réduire l'inflammation, mais il peut également être nécessaire de traiter les agents infectieux / dysbiose et d'éliminer ou de limiter l'exposition aux allergènes. Une modulation immunitaire ou une manipulation de stéroïdes peuvent également être nécessaires.

Je recommande d'effectuer les tests de laboratoire suivants:

• Prégnénolone, testostérone, progestérone, œstrogène ;

• Titres plasmatiques pour le virus Epstein-Barr, le cytomégalovirus, le mycoplasme, la chlamydia, le candida ;

• Panel alimentaire IgG / IgE ;

• Test d'allergènes inhalés ;

• Anticorps de gluten ;

• Quantification des lymphocytes T ;

• Quantification des immunoglobulines ;

• Culture de selles.

Le traitement dépend évidemment des résultats de laboratoire, mais les éléments à prendre en compte comprennent:

• L'hormonothérapie substitutive bioidentique (BHRT) ;

• Antiviraux / antibiotiques (naturels et allopathiques) ;

• Riche en proline polypeptides (PRP) / colostrum, bêta-glucanes ;

• Désensibilisation aux allergies ;

• Modifications alimentaires ;

• Immunoglobulines, enzymes et probiotiques.

Le test le plus simple de la faiblesse mitochondriale est une discussion rapide avec les patients. Dans quelle mesure se remettent-ils de l'exercice ? Comment est leur tonus musculaire ? Les symptômes classiques de la faiblesse mitochondriale sont un faible tonus musculaire, la fatigue, une guérison lente et une récupération lente après l'exercice. Les résultats de laboratoire qui suggèrent une faiblesse mitochondriale sont des niveaux élevés d'ammoniac et une coproporphyrine III élevée.

Plusieurs suppléments nutritionnels peuvent aider à restaurer les mitochondries, notamment:

• CoQ-10, acétyl-carnitine, arginine, alpha-cétoglutarate (AKG), citrulène, ornithine - utiles pour la reconstitution mitochondriale ;

• N-acétyl cystéine (NAC), acide alpha-lipoïque (ALA), resvératrol, quercétine, extrait de curcuma - pour favoriser le nettoyage intracellulaire ;

• Zinc, biotine - activateurs.

Enfin, nous devons surmonter les symptômes d'un faible taux de dopamine et de sérotonine. Il existe un certain nombre de suppléments qui peuvent aider à rendre la dopamine du patient plus efficace, notamment:

• Diméthylglycine (DMG), triméthylglycine (TMG), méthionine, choline, taurine, inositol – méthyl donneurs pour un renouvellement accru de la dopamine ;

• Phosphatidylsérine, huperzine A - augmentation de l'activité de l'acétylcholine ;

• Tyrosine, L-théanine - précurseurs et modulateurs de la dopamine.

CONCLUSIONS

Le déficit en méthylation est la composante manquante de la récupération neurologique et immunologique. Des facteurs génétiques et acquis prédisposent de nombreuses personnes à développer un déficit en méthylation. Cependant, un apport adéquat en vitamines de méthylation peut annuler les effets délétères de ces facteurs prédisposants, et donc prévenir ou traiter un grand nombre des problèmes associés à une carence en méthylation. Le soutien de la méthylation, le contrôle (ou si possible l'élimination) des déclencheurs inflammatoires et le soutien mitochondrial peuvent tous aider à optimiser la santé neurologique.